Aleksei Freig [v]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aleksei Freig [v]

Message  Nikaïa Elsweyr le Jeu 16 Aoû - 0:57

Fiche de Personnage :


Identité :


  • Autre compte : Padmé Amidala, Courage
  • Nom : Freig
  • Prénom : Aleksei
  • Âge : 30 ans
  • Faction : Neutres (Mercenaires et Chasseurs de Primes)
  • Race : Humaine
  • Langues Parlées : Dialecte Daan, Dialecte Melida, Basic

Informations du RP :

  • Description psychologique :La psychologie ... enfin le caractère d'Aleksei, est on ne peut plus simple : si vous avez de gros billets, ou que vous lui proposez une opportunité ou il est possible pour lui d'obtenir des gros billets, ou encore que vous êtes du genre à ne pas vous intéresser à l'argent et à le jeter par les fenêtres, en général pour tout le monde, et en particulier pour lui, vous êtes son ami. A l'inverse, si vous êtes plutôt du genre cupide, avare, gripsou, ou que vous êtes un concurrent potentiel, ou que vous n'aimez pas les gens qui aiment l'argent, vous êtes son ennemi. Simple non ?

    D'accord, complexifions. Loin d'être individualiste, égoïste et mesquin, Aleksei est un aventurier, très bon vivant, chaleureux et amical si vous lui ressemblez, pas très cool si vous ne lui ressemblez pas. Il est du genre à faire l'idiot (même s'il comprend tout le temps parfaitement ce qu'on lui dit), si vous ne lui parlez pas avec un langage qu'il "comprend" (vous savez les billets verts ?). En fait, Aleksei sera votre ami s'il pense avoir un intérêt à vous compter dans son cercle de relation. Il serra distant, fermé, lointain, si vous ne faites pas parti de ceux qui peuvent lui ouvrir des portes et lui rendre des services.

    Pour autant, ce n'est pas un profiteur. Aleksei est un aventurier et un businessman. D'une certaine manière, il a des idées, mais les as mises de côté au fil de sa vie, en ne constatant, au fond, que ce qu'il y a de pire dans l'espèce humaine (et les autres). Il ne se rattache qu'à ce que tout le monde comprend : l'Argent. Le langage unniversel. Pour lui, tout service rendu équivaut à une "dette d'honneur", et tout fonds obtenus doivent justifier un travail. Il n'est pas du genre à accepter un don gratuit sans une extrême méfiance, et, à vrai dire, n'acceptera une mission que s'il estime que la paye la justifie et qu'il va y gagner quelque chose d'intéressant.

    En dehors de cela, Aleksei correspond parfaitement à l'image que l'on attend d'un "Homme de Mer" ... enfin de l'Espace : c'est un Grand Buveur, un coureur de jupon (enfin de prostituées, il n'a jamais cherché autre chose), et un fieffé bagarreur (surtout, surtout, n'allez pas lui donner l'occasion d'exercer l'un de ces trois talents. Il prend la mèche très très vite ...)

  • Description Physique : Aleksei Freig est un homme relativement grand, à la corpulence large et aux épaules carrés. Plutôt bien bâti, il n'en reste pas moins un individu tout en finesse et en longueur. On voit à sa musculature qu'il ne s'agit pas de Gonflette, mais plutôt d'un corps battit à la dure, face à des environnements hostiles. Son visage est marqué par une vie difficile et aventureuse : une cicatrice, vestige d'un combat contre une bande des Daans, barre son œil droit, donnant à sa pupille une teinte livide dans laquelle brille parfois un éclat farouche. Pour beaucoup cet œil est aveugle, et Aleksei ne l'a pas caché uniquement par fantaisie ou dans le but d'effrayer certaines personnes. La réalité est tout autre. Mais nous verrons cela plus tard.

    Son visage est relativement étroit et tiré, plutôt gaie et assez léger. Il n'adopte aucune forme régulière, mais reste bien symétrique. Des pommettes saillantes soulignent les traits de ses deux yeux, petits et bleus (sauf pour l’œil droit), et forment une opposition assez franche avec des joues plutôt creuses. Sa bouche, tirée et aux lèvres plissés, est pour autant toujours souriante et presque amicale, sauf dans certaines situations. Elle est surmonté d'une petite moustache, toujours bien taillée. Son front assez large, est couvert par une épaisse frange de cheveux d'un noir de jais que des lunettes de protection retiennent lorsqu'il porte sa tenue de combat.

    Parlons-en d'ailleurs de cette tenue. Il s'agit d'une armure relativement incomplète et plutôt légère qui se compose en fait d'une multitude de plaques qu'Aleksei ajuste habituellement en fonction de la mission. Aleksi détient l'armure légère complète, mais ne la met jamais intégralement pour d'évidentes raisons d'agilité et de déplacement : Aleksei, dans sa bande ne fait pas partie des combattants de première ligne. Il y a Mark et Sinem pour ça. C'est un voleur, un tireur d'élite, un éclaireur et un technicien. En bref, le genre de types polyvalents qu'on est toujours content d'avoir pour faire face à toutes les situations. Ces protections de carbones sont complétées, au niveau du visage, par ses lunettes qui font penser à de vieilles lunettes d'aviateurs, mais qui abritent en réalité un système de transmissions des informations de combat standard (voire plus bas).

    Lorsqu'il ne porte pas de tenue de combat, c'est à dire quatre vingt dix pour cent du temps, Aleksi s'habille d'une tunique, très classique, et conforme à la mode de Coruscant. Il adapte généralement la couleur en fonction de ses envies, et s'arrange pour qu'on l'associe le plus possible à la caste des entrepreneurs et cadres auxquels il estime appartenir naturellement.

  • Histoire : Aleksei est née sur Melida/Daan, dans le clan Melida. Autrement dit, sa seule naissance avait déjà dessiné le chemin de sa vie. Enfin, sa planète et sa naissance, car la Guerre Civile de Melida/Daan avait déjà prit fin depuis deux mois lorsque l'enfant naquis dans la Famille Freig. Mais malheureusement pour lui (ou heureusement ! Allez savoir !), pour les Freig, le combat ne prendrait fin que lorsque les Daans auraient craché leurs derniers organes. Autrement dit, il était déjà prédestiné à une vie d'extrémiste avant même de savoir parler. Aleksei en a gardé des séquelles aujourd'hui (entre autre son goût prononcé pour les affiliations bien claires. Mais pour lui être clairement affilié, ça veut dire : être mon copain, ou être mon ennemi ...)

    Il grandit dès l'âge de trois ans dans le culte de la haine des Daans, et des familles Melida qui ont posé les armes. Lui-même ne sait pas trop pourquoi il déteste les Daans. C'est dans l'ordre des choses, c'est ce que font ses parents, et c'est une habitude. Point final. Il cause alors beaucoup de "problèmes" aux directeurs des instituts d'éducation ou il est placé. Dés huit ans, il a déjà rejoint la "Bande à Tony", un groupe de gosses issus des mêmes familles Melida que la sienne, qui passe son temps à persécuter les autres enfants dès qu'ils entendent le mot Daan. Exclus de plusieurs établissements, éclatés et divisés, la Bande finit par cesser ses activités scolaires pour agir à l'extérieur des murs des écoles. Et ce n'est pas beaucoup mieux.

    A l'époque, la guerre civile est finie depuis une dizaine d'année, et personne n'a pensé à désarmé les nombreuses milices des deux ethnies, Aleksei a 13 ans, et les armes coulent à flot sur le marché noir. Pour une bouchée de pain, on peut mettre la main sur une carabine de conscrit avec quelques cartouches et commencer à jouer au petit soldat. "La Bande a Tony" y joue beaucoup trop. Ils ne tuent pas ... Pas encore. Mais terrifient et rackettent à peu près tout le monde autour d'eux en jouant au dur. Et presque sans qu'ils ne s'en rendent compte, les gosses turbulents qu'ils étaient deviennent de petits terroristes en herbes qui ne tardent plus à rejoindre une petite milice, elle-même poursuivant son propre combat, loin de la désapprobation de l'opinion publique, dans les rues de Melida/Daan : "La Légion des Croix de Sang". C'est à cette époque qu'Aleskei perd son œil, dans un accrochage avec une milice des Daans ...

    Mais dans la bande, il y en a un qui réfléchit un peu plus que la moyenne, et ne s'intéresse plus vraiment aux rapines et aux bêtises de ses condisciples. Il y en a un qui fraye avec les Daans pour faire quelques coups. Il y en a un qui a un fusil, et un fusil qui lui sert à gagner sa croute. Pas uniquement à tuer pour le plaisir. Ce type là, c'est Aleksei. De son coté, en secret, au sein de la Milice, il fait ses propres coups, ses règlements de comptes à base de mitrailleuse et s'enrichit doucement. Mais il vient un moment ou cacher ses actes à ses compagnons devient toujours difficile. On ne dit rien au début, on se contente de le regarder avec un air mauvais : taper sur des Melidas comme des Daans juste pour gagner sa croute, ça ne fait pas très sérieux, ça éclabousse quand même un peu l'image du gang. Mais vu que le Gamin propose un jour à la bande de percevoir des taxes sur ses activités, personne ne dit rien.

    Un peu mafieux, un peu terroriste, Aleksei ne tarde plus à devenir un peu honnête. Par la Force des Choses du moins ... Un jour, un membre du groupe l'aperçoit en train de refourguer plusieurs boite de bâtons de la mort à deux Daans, dont on ne met pas longtemps à comprendre qu'ils vont les écouler dans leurs propres gangs. Et c'est là que commencent les ennuis pour Aleksei. A l'époque, il a dix-sept ans, et ça fait bien sept ans qu'il passe les contrôles de l'armée et de la police sans trop de problèmes. Forcément, un traitre, après un tel niveau d'engagement, ça pose immédiatement un sérieux problème aux grands patrons. Et il convient donc d'exécuter le bonhomme en question. Mais le second problème, car les ennuis ne viennent jamais seuls, c'est qu'Aleksei n'est, et de loin, pas un idiot, et qu'il a un excellent moyen de régler ses comptes avec ses vieux copains. On ne trahit jamais sans police d'assurance : les forces de maintien de l'ordre de la République cherchent à éradiquer ces mouvements de guérilla, un peu prise de tête, qui sèment le trouble sur la planète, et risquent à tout moment de remettre le feu aux poudres. Melida/Daan est devenue, à l'époque, une véritable bombe à retardement sur laquelle s'affrontent une demi-douzaine de "sous-factions" opposées : des Daans, des Melidas, mais aussi des Daans et des Melidas partisans de la paix, qui n'ont qu'une idée en tête, régler leur comptes aux extrémistes qui font couler le sang chaque jours. Divisez encore ces trois factions en une myriades de sous-factions qui elles-mêmes se haïssent entre-elles et vous obtenez un véritable bouillonnement d'armes, d'explosifs et de combats. Car hormis les Melidas et les Daans, qui en eux-mêmes, sont déjà de sérieux problèmes, il y a les fidèles à la République. Oh ! On pourrait penser un instant qu'ils se rangeraient au camp de la-dite République, mais un siècle de guerre civile, ça laisse des traces. Et les Républicains les plus fidèles estiment que c'est à eux de ramener le calme sur Melida/Daan. Et en face, il y a ceux qui ne croient plus en la République depuis longtemps. Bah ouais ! Ca fait quinze ans qu'elle est revenu et ils n'ont pas vu un centimètre de progrès ! Alors on a des dizaines de groupes de Rébellion, qui commencent à pousser comme des champignons au milieu de ce chaos sans nom. Rébellions qui revendiquent toutes une autonomie plus ou moins forte de la Planète (enfin, c'est surtout un prétexte. De manière générale ces groupes se Rebellent pour leur pomme et pour gagner quelques ronds : le fusil rapporte beaucoup plus que la bêche à l'époque, et vous risquez moins votre vie ... Et puis l'autonomie de Melida/Daan ... hein ... Faudrait déjà que le taux de mortalité baisse de 90%) ... Et si vous ajoutez à tout ce beau monde un foisonnement incroyablement élevée de Seigneurs du Crimes qui exportent la came produite sur Melida/Daan (il faut bien que toutes ces factions se financent), et importent des caisses bien remplies de fusils mitrailleurs et de cartouches, ou encore des Warlords pirates qui profitent de l'innommable bordel de Melida/Daan pour venir faire leurs petites razzias privées, on obtient l'enfer au carré. L'enfer, à l'époque, c'est Jabiim. Quand vous envoyez un garde républicain par la-bas, il pleure toutes les larmes de son corps avant de saisir son fusil d'assaut. Sur Melida/Daan, il ne saisit même pas son fusil d'assaut : soit il se mutine, soit il déserte.

    Tiens ! Parlons-en un peu plus de l'Armée Républicaine. Déjà, à cette époque, dans la Galaxie, ce que l'on appelle "Armée Républicaine", se limite à trois cuirassés Rendili et deux Procurators qui se battent en duel dans le ciel de Coruscant. Et si ses effectifs militaires réels dépassent le million d'hommes, c'est parce que l'on a fait appel à l'une ou l'autre Force de Sécurité Planétaire pour servir sous ses drapeaux. Alors l'Armée Républicaine, déployée à Melida/Daan, vous pensez bien que ce n'est pas une Task Force suffisante pour remplir sa mission. Le Maintiens de la paix est en fait totalement impossible pour ces soldats souvent épuisés psychologiquement par ce qu'ils voient, et physiquement par ce qu'ils endurent. Du mieux qu'elle peut, lorsqu'elle est présente, elle tente ainsi de maintenir les morceaux de ce monde en ruine ensemble. Il faut donc en permanence jouer le rôle de Négociateur, ou de Bouclier Humain, pour éviter qu'une manifestation ne vire au massacre, une rixe de bar au règlement de compte et un conflit de voisinage en Pogrom.

    Bref, dans ce joyeux bordel, les soldats républicains sont complétement dépassés et se reposent sur les Melidas et les Daans pacifistes et les Pro-Républiques, qui règlent une grande partie des problèmes (ils ont pris le nom d'Armée Unifiée de Melida/Daans. C'est surtout une foule bigarrée et désordonnée blindée de fusil, mais ça n'en reste pas moins une force de l'ordre relativement efficace). Et la Politique de l'Armée Unifiée, ce n'est pas vraiment une politique souple : les "Rebelles" capturés sont trucidés, et ceux qui se rendent, envoyés en prison. Voyant que la tension monte de jours en jours et pour éviter de voir ses troupes prisent entre deux feu, le Gouverneur Niraua Arvek, de Melida/Daan a adopté la politique des "Forteresses". Il s'agit là de sécuriser intégralement une ville à l'aide des Forces Armées de la République, de la protéger avec des effectifs extrèmement nombreux, et de former les troupes de l'armée unifiée pour qu'elles puissent y garantir la sécurité. Ces villes sont alors alimentées massivement en denrées humanitaires par le Mouvement des réfugiés.

    Cela marche relativement bien, mais cela coute cher ...

    C'est cette loi que notre héros s'apprête à utiliser. Aleksei en sait beaucoup et il a déjà monté un plan d'évasion deux ans avant que ses compagnons ne le repèrent. A vrai dire, il cherchait depuis quelques temps déjà un moyen de s'arracher de Melida/Daan, d'autant que vu qu'il s'est pas mal mit à trainer avec eux, il connait bien les Daans, et a de nombreux amis parmi leurs rangs. Melida/Daan, ce n'est plus sa guerre. C'est donc presque sans crainte, que lorsqu'un de ses vieux copains l'avertit que les "Croix de Sang" ont la ferme intention de lui faire la peau, Aleksei lui conseille de le suivre, et que tout deux se rendent à la Caserne Militaire (Républicaine n'est ce pas ... Chez l'Armée Unifiée, Information ou pas, c'eut été la fin de notre histoire) la plus proche ou ils vendent rapidement la mèche et tout ce qu'ils savaient (c'est à dire tout ce qu'il y avait à savoir), sur les Croix de Sang. Le lendemain, une série de coup de filet débarrasse la ville de l'une de ses plus grosses milices, le nom d'Aleksei Freig est vomi dans toute la famille et la cité est passée sous le statut de Forteresse. Aleksei sait alors qu'il serra sous protection policière.

    L'Amnistie accordée par le gouverneur Arvek s'apparente néanmoins rapidement à une nouvelle forme d'enfermement, tout aussi insupportable que de passer sa vie dans un gang de bas étage. En effet. Pour assurer la sécurité sur la planète, Arvek emploie les amnistiés sous la forme d'une milice, convenablement équipée et dirigée par des officiers mercenaires et des SOF sans vergogne et sans grandeur d'âme. Les troupes ainsi constituées deviennent ainsi rapidement assez nombreuses pour constituer un régiment entier : le premier de Melida/Daan. Une unité d'auxiliaires combattant aux côtés des troupes de la République ...

    Pour autant, le Régiment est monté sans le moindre respect pour les anciennes affiliation Daans et Melida (encore moins pour toutes les autres). Il mélange aussi bien les deux factions, sans même parler des multiples tendances intérieures à ces factions qui s'y retrouvent. Pour prendre un exemple, la seule unité d'Aleksei compte Mark Orvheim un Daan qui a, entre autre, fait disparaitre son œil droit, Namka Verleiv, une chef de gang Daan dont la bande (La Phalange de la Défense), se concentrait surtout sur la protection des Daans et Sinem Achcole, une Melida dont l'histoire tumultueuse commence par le meurtre d'un soldat Républicain (et finit par une descente de police dans un entrepôt de la zone industrielle ou son patron entreposait deux cent tonnes de bâtons de la mort et quarante tonnes de cartouches).

    Dès lors, il émerge de ce régiment, le pire ramassis de racailles, de meurtriers et de soiffards de toute l'armée Républicaine. Le Premier de Melida/Daan prend bien vite le nom peu recommandable des "Insoumis". Mais il s'illustre dans les missions qu'on lui donne par son zèle hors norme et son aptitude à remplir même les missions les plus difficiles. Parmi ce régiment, une escouade se montre particulièrement efficace : celle du Sergent Aleksei Freig, ou escouade K, qui est surnommée par le reste du régiment, "Les têtes Brulées" (leur symbole deviendra d'ailleurs rapidement un crâne enflammé).

    Pendant son service au sein de l'armée Républicaine, le sergent Freig décroche une promotion après une action d'éclat qui lui vaut rapidement le privilège de recevoir de nombreuses primes. Il n'en prend aucune et préfère se faire greffer un implant informatisé à la place de son œil droit. Ce dernier (invisible à l'œil nu), lui permet plusieurs choses telles que des analyses tactiques de son environnement et de toutes sortes de machines, mais également une série de prismes de vision parmi lesquels des prismes thermiques, infrarouge et aux rayons X. Pourtant, malgré cet implant pour le moins saisissant d'intérêt, Aleskei ne s'illustre pas sur le champ de bataille, mais comme spécialiste mécanique et technique. Il parvient ainsi à faire motoriser son unité en endossant le grade de sergent et de mécanicien en chef des motojets.

    Cette étape de la vie d'Aleksei achevera de l'intéresser à toutes questions politiques. Il découvre ainsi que, sur Melida/Daan ou ailleurs, la République n'est au fond qu'un Régime entièrement corrompu, qui maintient les plus pauvres dans leur état de misère permanent et consolide l'influence des plus riches. Ca ne ferra pas de lui un Séparatiste ou un Indépendantiste. D'abord parce qu'il n'a pas de patrie à laquelle se rattaché (il hait sa planète). Ensuite parce que de toute façon, les Séparatistes sont les mêmes que les Républicains. Au bout de trois ans de service, il profite d'une mission commandos qui tourne mal à proximité d'une installation "terroriste", pour filer à l'Anglaise en "empruntant" le transport sensé les récupérer, lui et son équipe. Ils ne sont alors que quatre survivants : Lui, Mark, Namka et Sinem, avec lesquels il décide de prendre la route de l'Espace Hutt et de se faire oublier quelques temps.

    Dans l'Espace Hutt, les déserteurs troquent leur transport de troupes contre divers appareils utiles. Alors que Namka et Aleksei achètent, en commun, un chasseur Cloakshape, Sinem fait le choix d'un courrier lourd VCX-700, et prend, de (très) mauvais gré, Mark Orvheim comme copilote. La bande loue alors ses services au clan Hutt des Desiljic Tiure, et fait de la contrebande de toute sorte à travers la galaxie. Malgré leurs missions régulières pour les Desiljics, le gang est cependant suffisamment intelligent pour vivre de ses propres subsides, et finit par mener toutes sortes de missions à travers la galaxie : de la contrebande à la chasse aux primes, en passant par le recel, les traffics et l'assassinat, la période de la chute de la République est riche en contrats de toute part.

  • Inventaire :
    - Une armure de protection légère
    - Une carabine de conscrit
    - 200 Crédits
    - Quelques grenades
    - un vibro-couteau baïonnette.
  • Vaisseau : Chasseur cloakshape

Autre :

  • Disponibilité du joueur : See Padmé
  • Indisponibilité permanentes : See Padmé
  • Fuseau horaire : See Padmé

    [x] En cochant cette case, j'accepte de voir mon PJ mourir lors d'un combat avec d'autre personnages (facultatif, c'est une question de FairPlay)
avatar
Nikaïa Elsweyr

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum