Nikaïa Elsweyr [v] [Admin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nikaïa Elsweyr [v] [Admin]

Message  Nikaïa Elsweyr le Dim 9 Fév - 0:17

NIKAÏA ELSWEYR

"This blood ... Is it yours ?"
"At least one part ... Yeah !"

Fight Club

Identité

Le Joueur
  • Autre compte : Ori'n Corde, Courage
Votre personnage
  • Âge : 18 ans
  • Race : Humaine
  • Planète d'origine : Alderaan (officieusement), Nar Shadda (officiellement)
  • Faction : Neutre, Pro-République
  • Langues Parlées : Basic, Huttese, Duros, Weequay


Données Statistiques


Niveau Actuel : 5
Points de vie : 480 PV
Expérience niveau suivant : 15 000 XP
Expérience actuelle : 0 XP
  • Force : 5
  • Dextérité : 21
  • Constitution : 8
  • Sagesse : 5
  • Intelligence : 3
  • Charisme : 3
  • Maîtrise de la Force : 0
  • Index de précision : 86%
  • Index de critique : 22,25%
  • Index d'expertise : 7,5%
  • Index d'esquive : 66%
  • index d'armure : 26%


Inventaire

- 0 Crédits (tout dépensé Oo !)
- Casque d'assaut léger
- Armure d'assaut léger
- Gantelets d'assaut léger
- 2 Pistolets Blaster DL-18
- Fusil de sniper E-17D
Vaisseau

Cargo YT-2400

Disponibilités

  • Disponibilité du joueur : Régulières en soirée (horaires variant entre 18h/20h et Minuit/02h)
  • Indisponibilité permanentes : Aucune
  • Fuseau horaire : GMT +1 (Paris)


Description psychologique

Nikaïa n'a pas eut d'enfance. Elle n'a pas eut d'adolescence non plus. Elle ne sait donc pas ce qu'est l'amour. Celui d'un père, d'une mère, d'un frère ou d'une sœur, et encore moins celui d'une âme sœur ou d'un ami. Nikaïa sait en revanche que là d'ou elle vient, montrer ses sentiments est une marque de faiblesse. Elle intériorise donc tout, et ne transmet jamais ce qu'elle ressent ou ce qu'elle éprouve. Pour autant, à l'origine, elle était une gamine sensible.

En effet, Nikaïa éprouve énormément de choses, et connait mieux que quiconque la compassion, l'empathie, et la pitié. Elle ne sait pas ce que c'est qu'aimer, mais elle le fait chaque jour, avec tout ceux qui l'entourent, et qu'elle considère comme ses proches. Au départ cependant, Nikaïa n'éprouvait aucune empathie envers les autres. Elle reservait son amitié et sa sympathie à ceux de son "clan". C'est à dire à Cynthia, sa grande sœur adoptive, puis à Skipio et Dyn'Frey, une fois les barrières de la méfiance réciproque passées.

Au fil des années cependant, les deux chasseurs qui la lancèrent dans sa voie, lui apprirent aussi à étendre ses bons sentiments à l'égard des plus faibles. Skipio se considérait en effet comme un justicier des bas-fonds, et comme il accordait peu d'importance à l'argent (qui lui permettait de manger, disait-il), il finit par transmettre cette attitude à Nikaïa, en même temps qu'il lui enseigna tout son système de valeur et ses grands principes personnels. Mais si Skipio est un idéaliste empathique, qui aurait fait un bon jedi s'il était un peu plus sensible à la force, et un peu moins véreux, Nikaïa est restée réaliste et pragmatique. L'argent reste indispensable à ses yeux. Si elle peut aider quelques pauvres âmes en chemin, ok, c'est très bien. Mais le plus important reste le nombre de zéros sur son chèque de fin de mission. De même, si elle sait se montrer compatissante et sensible, elle sait aussi n'en rien montrer, et ne s'attire donc jamais la sympathie de ceux qu'elle secoure. A vrai dire, ces derniers ont plutôt l'impression d'être de la raclure de bidet à ses yeux. En grande Dame, elle leur sauve la vie. Mais ils ont intérêt à se montrer reconnaissant ensuite ...


Description physique

Nikaïa serait assurément un joli brin de fille, si elle n'était pas constamment couverte de sueur, de crasse et de cendres. Continuellement confrontés à des situations de combat, elle ne prend en effet pas vraiment le temps de soigner son apparence. Ses cheveux sont régulièrement gras, filasses et poisseux à cause de la sueur qui s'y agglutine. Son armure est couverte de tâches de suies, sa peinture écaillée, et les impacts de blaster se mêlent aux éraflures de ses multiples combats. Quand à son visage, il est constamment marqué par un masque de terre et de suie, ou de crasse, luisant à cause d'une longue course poursuite, ou marqué par un combat récent. Les lèvres éclatées se mêlent alors aux tâches de sang et aux estafilades qui parcourent sa peau. Mais Nikaïa n'appréciant pas particulièrement les cicatrices, elle prend soin d'y appliquer les doses convenables de Bacta une fois l'affrontement terminé.

Son apparence véritable, ce n'est donc pas dans les bas-fonds qu'on la trouvera. Ici-bas, elle est plutôt une ombre, insaisissable et silencieuse, anodine et discrète que peu de gens remarquent. C'est une chasseuse de prime. Et en temps que tel, une redoutable combattante, mais aussi, et surtout, une menace ambulante, apte à prendre ses ennemis par surprise.

Bien sûr, Nikaïa sait prendre soin d'elle, et paraître totalement à son avantage lorsqu'elle est confrontée à des situations qui l’exige. Mais la crasse et la saleté sont le propre des bas-fonds de la galaxie, son environnement naturel, et celui de ses proies. Aussi a-t-elle appris à s'en accommoder, et à vivre avec.

De ceux qui ont la chance de voir Nikaïa en dehors des situations périlleuses, on compte ses amis, et ses clients au Sénat Galactique. Ceux là seraient estomaqués par la Nikaïa des bas-fonds. En effet, ils ont plutôt l'habitude de trouver face à eux une fille mignonne, un peu farouche et espiègle. Renfermée, et donc discrète aux cheveux en bataille et aux mèches mal peignées. De la guerrière des bas-fonds, rien ne parait en société. Et l'on voit d'avantage une fille perdue, mal à l'aise et discrète, peu sûre d'elle, et qui ne paie pas de mine. Mais c'est ignorer la nature profonde de cette chasseuse intrépide ...



Histoire

La Maison Alde
La Maison Alde est une très ancienne maison Noble Alderaanienne, qui fut, depuis toujours, une fidèle amie et alliée de la maison Organa. Vassale de cette dernière, ils combattirent ensemble pendant la guerre civile Alderaanienne. Par la suite, ils soutinrent toujours la Maison Organa jusqu'aux crises politiques récentes.

Nikaïa est la fille du Baron Fulstan Dreyyn, et de la princesse Diane Alde. Elle n'est donc membre de la maison Alde que par sa mère, mais la maison Dreyyn étant une obscure famille soumise aux Aldes, son père choisit de prendre le nom de son épouse pour des questions de prestige. Très éloignée de l'ordre de succession de la Maison, Nikaïa fut néanmoins éduquée avec les enfants de ce dernier. En effet, Fulstan travaillait au Consulat Alderaanien de l'Hégémonie de Tion en temps que vice-consul, ce qui faisait de lui un homme important et influent sur Alderaan, parmi les mieux placés pour défendre les intérêts de son Seigneur et Maitre, le Comte. De surcroît, Nikaïa était tout de même la fille de la troisième sœur du Comte, et donc Cousine de l'héritier.

Quand à sa mère, Diane, elle était, nous l'avons dit, la fille du Comte Charles III d'Alde. De ce fait, elle était une personnalité Alderaanienne d'importance, et servait ainsi de coordinatrice des Services Diplomatique de la Maison Organa, ce qui l'amenait à de nombreux voyages.

Enfance tranquille
Les premières années de la vie de Nikaïa furent donc tranquilles, heureuses et faciles. Élevée avec les plus riches et les plus cultivés des Alderaaniens, elle était au départ destinée à une vie politique et à un engagement au service de sa planète. Jamais elle n'aurait dut connaître une vie aussi dissolue que celle qui fut la sienne. Nikaïa grandit à l'abri du besoin, aussi fut-elle particulièrement mal préparée aux événements qui allait perturber, à jamais, son existence.

Il advînt en effet qu'une crise diplomatique se produisit entre la République et l'Hégémonie de Tion, dont l'aristocratie envisageait depuis un certain temps déjà de rompre les liens avec la République. Il serait bien trop compliqué de vous en expliquer les tenants et les aboutissants. Cependant, pour la résoudre, les Dreyyn-Aldes furent envoyés sur Tion en ambassade. Ne pouvant laissé leur fille derrière eux car la crise risquait de durer plusieurs années, ils partirent avec elle.

Cependant, sur le trajet, l'appareil qui transportait la famille Dreyyn-Alde est intercepté par un groupe d'esclavagistes trandoshans au service d'un obscur pirate de la Bordure Extérieure. Ce dernier massacre tout l'équipage, et emporte les civils et les plus faibles en détention. Hélas, pendant la prise d'otage, Fulstan se rebiffe contre ses geôliers. Pour l'arrêter, les Trandoshans menacent d’exécuter sa femme et sa fille, retenues comme Otage. Fulstan et ses hommes commencent par refuser la reddition. Les Trandoshans exécutent Diane et Fulstan se rend alors aussitôt. Il est abattu de sang froid par le chef des Trandoshans.

Esclave et fuite
Les trandoshans s'enfuient alors avec leurs prises et leur butins en territoire Hutt, ou la République ne pourra pas les poursuivre. Du moins le croient-ils. Sauf que Bail Antilles, alors Sénateur d'Alderande, apprend la mort du couple de Diplomates Alderaaniens pendant l'attaque, et réclame que le Sénat exige la livraison des criminels. Ce qu'il parvient à obtenir des Hutts. Ces derniers, soucieux de maintenir de bonnes relations avec son puissant voisin, acceptent en effet de mettre les criminels aux arrêts en échange de l'aide du Sénateur Alderaanien pour soutenir le développement de certaines firmes du Cartel dans le Noyau.

Les Hutts envoyèrent donc un commando de leurs meilleurs hommes, dirigés par des chasseurs de primes, pour mettre les trandoshans aux arrêts. Mais ces derniers refusèrent de déposer les armes, et l'astroport de Nar Shadda se transforma en champs de bataille. Pendant l'affrontement, les cages furent détruites, et beaucoup de prisonniers parvinrent à s'échapper. Certains rejoignirent les lignes hutts, et purent ainsi rentrer dans l'espace Républicain. D'autres n'eurent pas cette chance. Nikaïa, alors trop jeune pour se prendre en charge seule, fut secourue par un groupe d'autres gamins prisonniers des trandoshans et s'enfuit en direction des bas-fonds de la planète en leur compagnie. Pour eux, les troupes des hutts n'étaient en effet pas des sauveurs, mais un autre gang (et pour cause, ils se comportèrent avec des excès de zèle manifeste envers les réfugiés, et les contrôles habituels visant à vérifier qu'ils n'étaient pas combattants, donnèrent plutôt l'impression d'être des captures).

Enfant des rues
En fuite dans les bas-fonds de Nar Shadda, Nikaïa grandit en étant élevée par Cynthia Odekar, une autre Alderaanienne qui était, au départ la fille de sa servante, et Terry Danviel, un simple passager du bâtiment que tout le monde suspectait alors d'être un clandestin. L'un et l'autre n'ont cependant pas passé leur seizième anniversaire. Étant les plus âgés, ils servent de leaders, et de guides pour tout les autres. Mais ne sont guère plus expérimentés que la moyenne. Et Nikaïa, avec trois autres bambins, fait véritablement figure de boulet pour le reste du groupe : incapable de chercher de la nourriture, sachant à peine marcher, pleurnicharde et marquée par la perte de ses parents. Elle subit les agressions répétées de Marius Terfend, un autre passager du bâtiment, farouchement indépendant et qui s'oppose en permanence aux deux leaders improvisés (probablement parce qu'il souhaite prendre leur place). Pour la protéger, Terry s'efforce donc de lui confier néanmoins des tâches mineures et faciles à entreprendre, afin qu'elle démontre son utilité. Mais étant trop jeune, Nikaïa échoue régulièrement.

Les années passent et se ressemblent, jusqu'à ce qu'un beau jour, Cynthia, alors âgée de dix-sept ans, est prise la main dans le sac par des marchands auxquels elle essayait de voler des denrées à l'étalage. Arrêtée par les hutts et mise en garde à vue, le reste de la bande s'inquiète rapidement de ne pas la voir revenir, et aussitôt, Terfend s'efforce de prendre sa place et commence à donner des instructions, et à s'opposer à Terry, qui (sans doute un peu amoureux), souhaitait se rendre sur le marché pour retrouver la trace de son ami. L'affrontement entre les deux jeunes hommes tourne à la bagarre et Terfend, armé d'un tesson de bouteille, tue alors Danviel en lui enfonçant son arme dans l'estomac.

Danviel étant mort, Terfend s'impose par la force, et chasse les plus jeunes de la bande « pour garantir la survie de ceux qui ont une chance ». Ce en quoi, il n'a que moyennement tort. Errant sans but dans les rues, Nikaïa perd vite la trace de ses deux condisciples (pour le meilleur, car elle apprendra plus tard que les deux autres furent capturés et réduits en esclavage). Elle tombe également entre les mains des hutts, et est conduite à un poste de sécurité. Là, elle retrouve miraculeusement sa « grande sœur », Cynthia Odekar, toujours aux arrêts. Lorsqu'elle raconte leur histoire, un agent de sécurité indulgent accepte de libérer les deux gamines et leur donne deux cent crédits pour qu'elle s'en sorte.

Odekar, qui éprouvait certainement quelque chose pour Terry Danviel, souhaite cependant se venger de Terfend et surtout, retrouver les deux autres gamins. Imprudemment, elle utilise les deux cents crédits pour acheter un blaster DL-18, plutôt que de la nourriture. Rapidement cependant, la fin rattrape les deux jeunes filles, et Cynthia décide d'utiliser son arme pour braquer les passants et leur soutirer leur argent, afin de pouvoir acheter de la nourriture. Bien lui en pris.

Elle fit en effet l'erreur de se dire que « les voyageurs étaient plus riches », et donc qu'elle obtiendrait d'avantage d'argent de ces derniers. Sauf qu'elle ignora aussi le fait que les voyageurs étaient plus dangereux …

Rencontre avec Skipio Elsweyr
Cynthia braqua ainsi, un matin un type en grand manteau ample, qui ne lui semblait guère impressionnant. Elle attendit qu'il s'engage dans une traboule peu fréquentée, et surgit derrière lui, appliquant le canon de son arme entre ses deux omoplates. Nikaïa s'était cachée un peu plus loin, et attendait le bon moment, selon le plan qu'elles avaient mise au point toutes les deux.
- Laisses tes mains ou je peux les voir, déclara la jeune femme sur un ton menaçant.
L'homme leva se mains, bien en vue, et esquissa un léger sourire.
- Ah … Nar Shadda. Toujours aussi accueillante.
A cet instant, Nikaïa sortit de sa cachette, et vint se présenter devant l'homme. Mais alors que les pans de son manteau se levaient, accompagnant le geste des mains de l'homme, elle eut un haut-le-cœur : l'homme portait trois pistolets blaster, un fusil à canon scié, et une douzaine de grenades en dessous de son manteau. Quand à son torse, il était couvert par une cuirasse en plastacier.
- Donnes ton fric à la gamine ! Poursuivit Cynthia, qui n'avait pas ce spectacle sous les yeux.
- Tu utilises des enfants pour tes basses besognes ?
Nikaïa fit un secoua la tête de droite à gauche en regardant Cynthia avec un air implorant. A cet instant, la jeune fille compris que quelque chose clochait.
- Regardes ma main, poursuivit le chasseur de prime.
Le regard des deux enfants se porta en direction de la main droite du chasseur de prime. Il s'y trouvait un détonateur thermique qui clignotait. Une grimace d'horreur apparut alors sur le visage de Cynthia.
- C'est un détonateur thermique, poursuivit l'homme. Si la pression de ma main se relâche, nous explosons tout les quatre dans les trois prochaines secondes. Aussi, je vous conseilles de ranger vos armes mes jolies et de donner tout ça à Dyn'Frey.
A cet instant une jolie Twi'Lek, armée d'un blater E-5 apparut au tournant de la ruel, pointant son arme sur Cynthia.
- Aller les filles, on pose les joujoux et on se montre coopératives.
Le visage de Cynthia passa de l'horreur, à la terreur, puis au désespoir. Anéantie, elle s'effondra sur un tas d'ordure voisin et jeta son arme devant elle. Le chasseur de prime désactiva son détonateur et dégaina son arme. La pointant sur Nikaïa, il lui fit de rejoindre sa copine, et se retourna pour voir le visage de son agresseur. La Twi'lek mit son fusil blaster en bandoulière et e rapprocha.
- Mais … Vous êtes des gamines ! Fit alors le chasseur de prime en rangeant son arme.
Et pour le coup, toute trace d'animosité disparut de son visage.
- Eh beh … Ils tombent dans le crime de plus en plus tôt, poursuivit la Twi'Lek en faisant un signe de tête vers Nikaïa. Z'avez faim hein ?
Cynthia hocha simplement la tête. Les deux amies étaient en effet en piteux état : pâles, maigres et tremblantes, elles tombaient littéralement de fatigue. Pour un regard non habitué, elles paraissaient à deux doigts de la mort. Sauf que le couple de chasseurs de prime étaient habitués. Ils devinèrent donc rapidement que pour des gamines des rues, elles étaient plutôt en bonne santé, et devaient avoir un peu d'argent. Après tout, elles braquaient les gens depuis quelques semaines déjà. Hélas, elles apprirent vite du chasseur qu'elles avaient eut beaucoup de chances de tomber sur lui : d'ici quelques semaines elles auraient en effet eut à affronter les gros-bras du gang local, qui n'accepterait pas qu'on détrousse des gens sur leur territoire sans leur payer un tribut.

Pendant le repas, elles eurent cependant l'occasion de discuter avec les deux chasseurs, et purent ainsi raconter leur histoire. Elles comprirent alors que ce qu'elles avaient prit pour un règlement de compte était une opération de secours de la République, et que l'affaire de leur vaisseau avait été une crise intense quelques années plus tôt. L'une et l'autre comprirent qu'elles avaient alors très certainement raté leur seule chance de revenir dans la République. Elles avaient d'ailleurs été déclarées pour mortes. Cynthia n'avait plus d'attaches ou de famille, et bien que Nikaïa ai eut des parents sur Alderaan, elle ne voulait pas se séparer de Cynthia. Hors, cette dernière n'avait plus d'avenir dans la République, et était obsédée par la vengeance.

Elle proposa d'engager les deux chasseurs, pour cinquante crédits, afin qu'ils tuent Marius Terfend. Le chasseur, appelé Skipio, accepta, parce qu'elle lui était sympathique, et qu'il n'avait rien de mieux à faire, à condition qu'il n'ait pas à faire le travail de chasse, et que Cynthia lui indique ou trouver Terfend. Ce que la gamine s’avéra incapable de faire. Le chasseur déclara alors que la prime n'était pas assez élevée pour le job, et refusa. Il conseilla néanmoins à Cynthia de se ranger du côté des hutts si elle voulait faire de l'argent avec un blaster, et de chasser les criminels plutôt que de chercher à figurer sur les journaux de prime. Étant donné qu'il ne chasserait jamais les petits gibiers, il donna cinq noms, avec des primes de moins de mille crédit à Cynthia, et déclara que cela devrait lui suffire pour commencer et se payer une licence de chasseuse sur Nar Shadda.

Ainsi Skipio Elsweyr fut le bienfaiteur qui lança Cynthia Odekar sur la piste de la chasse à la prime.

Couple de Chasseresses
Cynthia commença donc à traquer les cinq noms que lui avait donné Skipio, elle les abattit toutes relativement rapidement, en les prenant par surprise, à des moments ou ils ne s'y attendaient pas (l'un d'entre eux fut abattu alors qu'il sortait d'une cantina ivre mort, un autre fut tué pendant son sommeil, chez lui, un troisième fut empoisonné par Nikaïa qui jouait alors les fausses servantes, le quatrième reçut deux balles dans le dos alors qu'il réparait son fonceur, et le dernier fut abattu en pleine foule, chose très courante sur Nar Shadda). Cynthia put alors s'acheter une licence de chasseresse et eut accès aux fichiers de chasse à la prime.

Pendant les deux années qui suivirent, les deux jeunes filles se livrèrent à une multitude d'assassinat et de missions de chasse, desquelles elles s'acquittaient en utilisant généralement toujours la même technique: leur innocence de gamines. Sauf que Cynthia était de moins en moins une gamine, et que son nom commençait à monter dans la pègre. Un beau jour, elle eut la surprise d'ouvrir son journal de prime, et de trouver un encart à son nom « 800 crédits morte, et 200 crédits en prime pour la tête de sa complice ».

Là les deux jeunes filles comprirent qu'on arrêtait de jouer. Nikaïa eut le droit d'apprendre à manier un blaster, et Cynthia commença à réfléchir à des stratégies pour retourner une embuscade contre un agresseur. Cependant, l'apparition de cette prime signifia aussi que les deux chasseresses commencèrent à attirer l'attention des Hutts, et donc à décrocher des contrats beaucoup plus intéressants et juteux que ceux qu'elles avaient rempli jusqu'alors. La vengeance contre Terfend disparut de leurs motivations : le gosse des rues (qui dans l'intervalle avait transformer leur bande en un petit gang et avait écoper d'une mise à prix de cent crédits), était devenu insignifiant.

Deuxième rencontre avec Skipio
La rançon de leur réussite, fut que la prime grimpa. Et un beau jour, Cynthia fut à son tour coincée dans une rue, cette fois-ci très fréquentée, par un blaster qui se ficha entre ses omoplates :
- Aller ma jolie, on met ses mains bien en évidence et on montre ses armes.
- Elsweyr ! Répondit Cynthia, un sourire se dessinant sur son visage. De tout les chasseurs de prime de la galaxie, il a fallut que ce soit vous qui veniez me chercher le premier.
- Eh oui. L'argent passe avant les amis. Ou est ta copine ?
- Ou est la votre ?
- Devant toi, fit une réfugiée recouverte d'une épaisse bure en laine brune. Se retournant dans sa direction, elle révéla les traits de la Twi'Lek.
Nikaïa, pour sa part, se tenait trois étages plus haut, sur une coursive, et couvrait les arrières de sa partenaire. Son comlink grésilla dès l'instant ou Skipio braqua son arme sur Cynthia. C'était leur manière à elles de tenir leur partenaire au courant de leur situation. Elle ne manqua pas une seconde de leur conversation. Comprenant que la situation devenait tendue, elle s'empara du fusil de sniper IQA-11, accroché dans son dos, et se mit en position. Elle le braqua sur Skipio, puis, ayant aviser que Cynthia gérait le problème, le braqua sur Dyn'Frey.
- Et maintenant on fait quoi ?
- Tu vas me donner toutes tes armes, sans exception. Et pas d'entourloupes. On est deux ici. Si tu abats Dyn'Frey, je me charges de toi. L'inverse est aussi possible.
- Cynthia ? Dit Nikaïa dans son comlink.
C'était leur signal. Sa lunette était maintenant braquée sur la Twi'Lek, un mouvement, et elle était morte.
- C'est pour vous, annonça Cynthia à Skipio.
- Pour moi ? Oh ! Il s'empara du Comlink et annonça : Salut Nikaïa, ça faisait longtemps.
- Pas de ça avec moi Skip. Poses ton arme. Sinon je descend ta copine.
- Et moi la tienne. C'est une impasse on dirait.
- Pas vraiment.
- Qu'est ce que tu proposes ?
- Moi ? Rien.
Cynthia ouvrit sa main en tournant légèrement sa tête vers le chasseur. Un signe de tête lui indiqua qu'il n'avait qu'à poser son arme dans sa main.
- Tu peux encore éviter que ça ne tourne mal, reprit Nikaïa.
- On dirait que vous avez bien appris toute les deux. Mais nous sommes au milieu d'une esplanade très fréquentée. Les Hutts ne sont pas du genre à laissé des règlements de compte se produire en pleine rue …
- Tu es chez moi ici. Ce hutt là, c'est mon patron. Et il m'aime bien.
- J'ai moi aussi quelques bons amis chez les hutts ...
- Dommage.
Tout se passa très vite. Nikaïa appuya sur la détente de son arme, expédiant une balle dans l'épaule droite de Dyn'Frey, la privant de l'usage de son bras, et la jetant à terre. Au même instant, une explosion de force partit du poignet de Cynthia qui venait de referme sa main, appuyant sur le déclencheur de son projecteur de force, dissimulé dans son Gantelet. Skipio fut propulsé à terre tandis que les propulseurs fixés aux bottes de deux jeunes filles s'activaient. Nikaïa bondit de sa passerelle, et atterrit pîle sur Dyn'Frey, lui collant un magnifique crochet en pleine mâchoire, tandis que d'un bon, Cynthia désarmait Skipio et l'achevait avec un coup de pied.
- Tel est prit qui croyait prendre.
Skipio se redressa en se massant la joue. Sur son coude il annonça, l'air pataud.
- Pour ma défense, je vous rappelle qu'on veut vos têtes mortes. Si j'avais voulu récupérer ma prime, je n'aurais pas prit la peine de cette mise en scène.
- Oh ? C'est aimable de nous avoir laissé une chance.
- N'est ce pas ? Est-ce qu'on peut discuter maintenant ?
- J'ai appris à ne faire confiance à personne, rétorqua Cynthia.
- Avec moi, tu devrais pouvoir faire une exception …
- A quel titre ?
- Tu m'en dois une.
En effet, elles devaient une faveur à Skipio. Mais il était gonflé de leur demander leur indulgence juste après les avoir menacé. Le chasseur prit alors la peine de leur expliquer les règles et l'importance d'un code d'honneur, à suivre et à respecter. Il annonça qu'il voulait leur faire une offre. Ce qui voulait dire qu'il était dans la merde.

Cynthia réfléchit, et lança un regard à Nikaïa. Elle se pencha sur un datapad, et parcourut les dossiers. Nikaïa cherchait l'existence d'une prime, et trouva alors un avis effrayant : 230 000 crédits morts, et il fallait rapporter un datapad qu'il portait sur lui à Nute Gunray. Elle le montra à Cynthia et déclara :
- Qu'est ce que vous avez fait pour que les Neimoidiens vous en veuillent à ce point ?
- Ah … J'attendais cette question. A vrai dire, c'est pour ça que je suis venu vous trouver. Vous êtes les deux seules en qui j'ai confiance.
La conversation mit encore un certain temps à se détendre. Le chasseur tenta d'abord de faire croire qu'il "évaluait les compétences" des deux jeunes filles. Mais il dut finalement expliquer les raisons de la prime en guise de preuve de son innocence. Il avait été employé par les Pantoriens dans le cadre d'un conflit avec la Fédération du Commerce autour des dettes de leur planète. Les Neimoidiens avaient appliquer un montage financier avec le clan bancaire pour lancer une attaque spéculative contre l’État Pantorien, et ainsi faire exploser leurs taux d'intérêts, forçant la planète à subir le blocus de la Flotte Fédérale pour en accélérer le remboursement. Techniquement, c'était douteux. Mais pas illégal. Hors, les Pantoriens avaient, deux années plus tôt, autorisé la Fédération du Commerce a conduire des recherches de gisements de Tibanna dans leur système. Il y avait ainsi de fortes suspicions, au Sénat, sur une tentative Fédérale de subjuguer le système pour s'emparer de ces gisements. Sauf que pour l'heure, la seule chose qui prouvait leur existence était le document que détenait Skipio, et qu'il devait livrer au Sénat. Hors, pris en chasse par certains des meilleurs chasseurs de prime de la galaxie, le mercenaire n'atteindrait jamais Coruscant en vie. La prime était de 200 000 crédits, et Skipio était disposé à faire 50/50 avec les deux filles.
- Ça fait 50 000 crédits. Si on te livre aux Neimoidiens, on en gagne cinq fois plus … Remarqua Nikaïa.
- Ta réaction est décevante. Vous n'avez donc pas de principes ?
- Non. On veut des crédits.
- Cette excuse était valable quand vous n'aviez pas les moyens de refuser un contrat., fit Dyn'Frey, qui émergeait de son état catatonique après que Nikaïa lui ai appliqué un médikit. Aujourd'hui, vous vous êtes faites un nom, et vous gagnez bien votre vie. Vous êtes en droit de refuser une prime pour vos valeurs.
- Les valeurs, ça ne m'enrichit pas.
- Non. Mais ça te permet de te regarder dans une glace, reprit la Twi'Lek avec un regard noir. Les ordures qui prennent n'importe quels contrats sont peut-être riches. Mais ils n'ont aucun honneur, donc aucun clients fidèles.
- Je vous propose une association. Et cette association vous ferra bénéficier de mes tickets au Sénat. Et si le Sénat n'est pas le meilleur payeur de la galaxie, il emploie des chasseurs de prime à la pelle, pour tout ses besoins. En plus vous pourriez retrouver la famille de Nikaïa.
Cette dernière affirmation arracha un certain espoir à la jeune fille qui se tourna vers son amie et lui lança un regard suppliant. Cynthia finit par hocher la tête en signe d'approbation.

La mission Pantorienne fut ainsi remplie avec brio par le quatuor, et ils gagnèrent ainsi le droit de voir une prime de 50 000 crédit être appliquée sur leur tête à tout les quatre. Gunray voulait sa vengeance. Cependant, leur association fut largement profitable aux quatre chasseurs qui réussirent ainsi un grand nombre de nouveaux contrats et de nouvelles missions. Ces dernières les enrichirent largement, et renforcèrent ainsi leur réputation, faisant d'eux des chasseurs reconnus dans toute la galaxie.

Ils s'efforçaient néanmoins de ne jamais accepter de contrats qui visaient à l'oppression et à la persécution d'éventuelles victimes plus faibles. Pour autant, même s'il arrivait parfois qu'ils soient piégés par leurs clients, et se retrouvent à remplir un contrat qui se révélèrent contraires à leurs principes, ils adoptèrent la règle « le contrat d'abord », et furent ainsi largement appréciés des clients, car ils n'abandonnaient jamais la mission, et ne la faisaient jamais à moitié.

Skipio se chargea en outre de régulariser la situation des deux jeunes filles. Il les adopta officiellement comme ses deux filles, leur donnant ainsi le nom d'Elsweyr. Nikaïa choisit justement de troquer ce dernier contre son nom d'origine. Alde, c'était voyant ...
avatar
Nikaïa Elsweyr

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum