(Exemple) Ori'n Corde [Admin] [v]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(Exemple) Ori'n Corde [Admin] [v]

Message  Ori'n Corde le Ven 31 Jan - 23:56

ORI'N CORDE

"On ne se bat pas dans l'espoir du succès. C'est tellement plus beau quand c'est inutile."
Edmond Rostand

Identité

Le Joueur
  • Autre compte : Nikaïa Elsweyr. Courage (MJ) et Fondateur (Post de travaux publics)
Votre personnage
  • Âge : 23 ans
  • Race : Humaine
  • Planète d'origine : Anaxes
  • Faction : République Galactique
  • Langues Parlées : Basic, Dialecte Anaxsi


Données Statistiques


Niveau Actuel : 1
Points de vie : 100 PV
Expérience niveau suivant : 1000 XP
Expérience actuelle : 0 XP
  • Force : 2
  • Dextérité : 4
  • Constitution : 5
  • Sagesse : 7
  • Intelligence : 7
  • Charisme : 7
  • Maîtrise de la Force : 3
  • Index de précision : 34%
  • Index de critique : 6%
  • Index d'expertise : 1%
  • Index d'esquive : 34%
  • index d'armure : 2,5%


Inventaire

- Pistolet Blaster ELG-3A
- 1950 Crédits
Vaisseau

Croiseur Consulaire "La Flèche d'Endar II"


Disponibilités

  • Disponibilité du joueur : Régulières en soirée (horaires variant entre 18h/20h et Minuit/02h)
  • Indisponibilité permanentes : Aucune
  • Fuseau horaire : GMT +1 (Paris)


Description psychologique

D'aucun décriront le véritable caractère d'Ori'n comme celui d'une machine, froide et calculatrice. En réalité, Ori'n se méfie des passions, de ses sentiments et de ses émotions en générale. Elle fonde sa réflexion exclusivement sur la logique et la raison, ce qui a longuement constitué un élément bloquant de ses interactions sociales, surtout pendant son enfance. Elle ne comprenait pas les réactions émotionnelles de ses contemporains, et les estimait comme « stupides », « irréfléchies » ou « simplettes ». Aujourd'hui encore, elle conserve cette analyse de beaucoup de personne, mais a appris à la garder pour elle.

Ce n'est certainement pas qu'elle n'éprouve rien. C'est uniquement qu'elle le refoule, ou en conserve un contrôle total. Ori'n se connaît ainsi très bien, et est en mesure d'anticiper ses propres réactions et attitudes, et de faire sa propre psychanalyse (un talent rare s'il en est). Ainsi, depuis toujours, les seules personnes qu'elle ai totalement compris, et avec lesquelles elle se sent en phase, sont les jedis, parce qu'ils ont le même idéal de contrôle qu'elle.

Néanmoins, ayant étudié ses contemporains, Ori'n a donc apprit à « comprendre le concept de base » de chaque émotion et chaque sentiment. Bonne actrice, elle est devenue experte dans la simulation des attitudes et des expressions attendues par les autres. Ainsi, elle a réussit à compenser son handicap comportemental pour en faire une force de séduction.

Ori'n se démarque en fait surtout d'autrui par son « je m'en foutisme » permanent. Comme elle le dit toujours « Moi, j'aime tout le monde. » Cela signifie qu'elle n'est pas rancunière, ne relève pas les antipathies d'autrui, et se montre en cela particulièrement énervante (il est en effet assez fatiguant de se faire draguer, à un coktel, par la fille qui vous a planté un poignard dans le dos, comme l'a appris Bowen Frey, notamment). En fait, il s'agit pour elle d'une manière de se venger de ceux qui lui ont fait du tort. Le message ainsi envoyé est simple : « Tu es insignifiant ».

L'avis des autres l'intéresse peu, et ne lui importe pas, sauf lorsqu'elle tient réellement à cette personne, auquel cas, cet avis devient obsessionnel. Néanmoins, ces gens (ces élus dirons-nous) sont peu nombreux : son père, sa mère et ses frères et sœurs … En dehors de ces derniers, les autres ne seront jamais « rien » dans sa vie. Ils lui servent au mieux. Il arrive que certaines personnes passent ce stade, et que la Sénatrice continue à les considérer comme des proches, malgré le fait qu'ils lui soient devenus totalement inutiles. C'est ceux qu'elle appelle « ses amis ». Mais elle devient alors légèrement condescendante à leur égard.

Ori'n déteste perdre son temps. Aussi, quelqu'un qui tente de lui résister, de s'opposer à elle, ou de lui refuser quelque chose, est automatiquement catalogué dans la catégorie « inintéressant », et devient à ses yeux, aussi transparent qu'une vitre en cristal. Elle est en effet persuadée qu'elle peut tout obtenir, et tout réussir par elle-même.

Ori'n est cynique et sarcastique. Ce n'est pas qu'elle déteste singulièrement les gens. C'est plutôt l'inverse : elle les déteste dans leurs particularités et leurs individualités, mais admire la population galactique dans son ensemble pour ce qu'elle peut construire de merveilleux. En fait, Ori'n est une idéaliste blasée, qui en a trop vu sur la nature humaine, et n'accorde plus aucun crédit à ses contemporains. Comme elle le dit toujours, « elle ne verra pas l'aboutissement de son combat de son vivant. » et « Elle ne combat pas dans l'espoir du succès. C'est tellement plus beau quand c'est inutile. »


Description physique

Ori'n est assurément un joli brin de fille. Grande, svelte et attirante, elle sait jouer de ses atouts pour paraître plus encore à son avantage. Pour autant, son éducation militaire perdure dans son attitude. Droite, sévère, et parfois un peu rude pour qui n'est pas habitué, elle peut paraître froide au premier abord. Mais cette première impression s'efface rapidement une fois qu'on lui a adressé la parole (ou qu'elle vous a adressé la parole). Avenante et séductrice, Ori'n a parfaitement compris la base de la politique, et à ce titre, utilise son attitude de militaire comme un gage de sérieux et de compétence, et ses atouts naturels comme une arme pour s'attirer la sympathie de ceux qu'elle espère intégrer à sa clientèle. Pour autant, n'aller pas croire qu'elle soit une fille facile. Ori'n sait jouer de son attitude pour s'intéresser à vous et vous donner l'illusion que vous lui plaisez. Mais si ce n'est guère le cas, elle prendra uniquement ce qu'elle était venue chercher …

Joli brin de fille donc. Ori'n prend soin de son corps et de son apparence. Sportive, elle surveille également sa ligne pour toujours paraître belle et mince. Elle s'efforce ainsi de coller aux standards de beauté de la race humaine, et, globalement, de toutes les races humanoïdes. Ses cheveux roux, toujours élégamment coiffés, font néanmoins peu de fantaisies pour être le plus passe partout possible. Quand à son visage, fin et symétrique, il n'est que très faiblement maquillé, pour ne jamais déranger ses interlocuteurs. De même, ses tenues sont rarement aguicheuse, et Ori'n se contente souvent de son uniforme militaire fonctionnel. Elle a en effet conserver son « affiliation » militaire, et insiste pour être traitée avec respect et conformément aux codes de procédure militaire. Le « Madame » s'impose quand un inférieur s'adresse à elle.

Ce qui fascine ses interlocuteurs, et permet généralement à la Sénatrice de rester dans la mémoire de ceux qu'elle veut impressionner, c'est, bien sûr son attitude, mais aussi, et surtout, ses grands yeux verts, espiègles et charmeurs. Ces derniers dévorent littéralement des yeux les hommes (si en plus ils sont mignons, c'en est presque une agression), et inspirent confiance et respect aux femmes. Ils aspirent littéralement le regard de la « cible » de la jeune femme et son à la fois un élément de déstabilisation, et de mise en confiance, selon la situation.



Histoire

La Maison Corde
La Maison Corde est une ancienne famille Anaxsi ayant fourni de grands officiers à la République depuis le traité de Coruscant. A l'origine famille relativement modeste issue de la classe moyenne anaxsi, le fondateur de la lignée aristocratique Maximilian Corde s'illustra à la tête de la huitième flotte expéditionnaire de la République. Pendant la bataille d'Anaxes, il servait à bord du Lancier, un croiseur lourd de classe Valeur, comme Capitaine en Second, sous les ordres du Contre-Amiral Fielder Dan. Aussi, lorsque l'Amiral Derilien mourut dans l'explosion de son vaisseau amiral, la flotte se retrouva aux ordres du Contre-amiral. Hélas, beaucoup moins compétent que son supérieur, le Contre-Amiral estima la bataille perdue et voulut battre en retraite. Lorsque Maximilian apprit la nouvelle, il utilisa l'équipage, majoritairement Anaxsi, du Lancier, et réveilla leur instinct patriotique et organisa une mutinerie. Soutenu par les conseillés Jedis de l'Amiral Derilien, il fit mettre Dan aux arrêts et reprit le contrôle de la Flotte, s'imposant comme « chef de facto ».

Défendant son monde d'origine contre l'assaut de la Cinquième flotte du Grand Moff Rycus Kilran, l'Anaxsi infligea une cuisante défaite au « Boucher de Coruscant ». Puis, Corde conduisit ses vaisseaux jusqu'au cœur de l'espace impérial, en un raid rapide visant à détruire un maximum de leurs installations spatiales, affaiblissant ainsi durablement l'effort de guerre des Sith. Cet exploit valut à la famille Corde d'être intégrée au « Ghotta » Anaxsi, et de se hisser sur les marches de la Haute société.

Ces actes de guerre sont néanmoins bien anciens aujourd'hui, et les Cordes ont dût préserver leurs étoiles de chefs militaires dans le courant des Nouvelles Guerres Siths par bien d'autres succès. De même, après la réformation de Ruusan, ils servirent dans l'Armée Anaxsi, et furent également régulièrement envoyés comme instructeurs, conseillés militaires, et observateurs sur d'autres planètes de la galaxie, restant au plus proches du combat, et rapportant d'importants savoirs militaires à l'Académie d'Anaxes. Ainsi, ils préservèrent leurs étoiles et restèrent parmi le Ghotta Anaxsi.

Enfance Anaxsi
Ori'n Corde naquit il y vingt-trois ans dans le domaine de la Maison Corde, sur Anaxes. Bien qu'Anaxes soit une oecuménopole similaire à Coruscant, elle est beaucoup moins peuplée, et présente une grande harmonie entre ses immenses gratte-ciels bondissant vers les cieux, et la nature. Ainsi, les Cordes détenaient-ils un petit domaine dans les banlieues résidentielles et pavillonnaires de Polis Anaxes.

Le Père d'Ori'n, Naaran, était l'amiral en chef de la flotte de défense spéciale Anaxsi, et un chef militaire reconnu par ses confrères, aussi, il donnait régulièrement des cours, notamment relatif aux techniques de guérilla et de guerre asymétrique, à l'académie d'Anaxes. Sa Mère, Juliann était dirigeante des chantiers spatiaux de la planète, qui, s'ils n'étaient pas parmi les plus puissants de la galaxie, étaient néanmoins puissant à l'échelle du secteur Azure. Aussi les Cordes étaient-ils bien en vue à cette période de l'Histoire Anaxsi.

Ori'n fut l’aînée d'une phratrie de quatre enfants. Elle eut deux sœurs : Sue, née deux ans après elle, et Jaina, née six ans après elle, et un frère, Dryll (le plus jeune), actuellement âgé de dix ans. Mais de ces quatre enfants, Ori'n fut la seule qui soit sensible à la Force. Aussi, à son deuxième anniversaire, deux chevaliers jedi remarquèrent ses aptitudes et vinrent demander à Naaran son approbation pour la conduire sur Coruscant, afin qu'elle puisse commencer sa formation de Jedi. Naaran refusa cependant. Il considéra en effet qu'il ne pouvait prendre une décision de cette importance à la place de sa fille, et que cette dernière n'était pas en âge de le décider.

Sauf que la décision, il l'avait tout de même prise : Ori'n ne deviendrait jamais un Jedi, car lorsqu'elle serait en âge de prendre cette décision, elle serait alors trop âgée pour que l'Ordre accepte de la former.

Pourtant, lorsque l'Ordre accepta dans ses rangs le jeune Anakin Skywalker, il y a dix ans, Naaran évoqua alors la question avec sa fille qui, après mure réflexion, décida qu'elle voulait être Jedi. Naaran reprit alors contact avec les deux chevaliers, et, évoquant avec eux le cas Skywalker, demanda la même faveur pour Ori'n. Naturellement, l'Ordre refusa.

De cette épreuve, Ori'n a cependant conserver deux choses : un profond attachement à l'idéal des Jedis, qu'elle entend préserver et soutenir en toute occasion, et un désir réel de se mettre au service de la galaxie, qui allait fonder son engagement politique.

Lycée Militaire et engagement politique
Pour autant, les Cordes avaient un sens du devoir très strict, et avant d'envisager une carrière politique, Ori'n devrait d'abord faire ses classes dans l'Armée Anaxsi, et remplir son service militaire. La planète ayant une très haute tradition militaire, ce dernier débutait au Lycée, avec l'inscription dans les Lycées militaires. Ils enseignaient à leurs élèves les matières fondamentales, un certain nombre d'options, et accentuaient les cours de pratique sportive. En outre, chaque élève devait suivre une option spécialisé, destinée à les préparer à un futur engagement dans l'Armée. Ori'n choisit les cours d'Histoire Militaire, apprenant toutes les ficelles des grands conflits galactiques, et les évolutions de l'art de la guerre à travers l'Histoire.

Mais, souhaitant également préparer ses futures missions politiques, elle s'engagea aux jeunesses législatives, ou elle fit la connaissance de bon nombre de ceux qui allaient devenir ses collègues quelques années plus tard. Là, elle s'étonna, et étonna ses compagnons par la proximité idéologique forte qu'elle entretenait avec le socialisme. Issue d'un monde aristocratique et militariste, elle semblait en effet à des années lumières des groupes socialisants. Pourtant Ori'n entretînt de long débats passionnés avec ses camarades autour de nombreux projets de sociétés issus de la gauche. Elle n'était pour autant pas Socialiste par conviction, mais par pragmatisme. Pour elle, comme le Socialisme lui apparaissait comme un modèle politique qui fonctionnait, et permettait à chacun de trouver un emploi et de garantir sa liberté, elle adhérait à ses principes. Il en résultait néanmoins un désintérêt profond, de sa part, pour les questions de société. La politique, l'économie et les problèmes sociaux lui semblaient toujours infiniment plus passionnants.

Service Militaire
Le Lycée terminé, Ori'n suivit le parcours logique de tout bon citoyen Anaxsi, et rejoignit, pendant deux ans, l'Académie de la Flotte, au cœur de la Citadelle d'Anaxes. Mais la Citadelle étant également le haut lieu du pouvoir Anaxsi, ou se prenait toute les décisions de nature politique, elle côtoya également les cercles du pouvoir d'Anaxes, jouant d'audace et de témérité, flirtant avec l'insolence, pour s'approcher des députés et hommes politiques de la planète.

Alors âgée de dix huit ans, elle mit les trois années de ses études militaires à profit pour se rapprocher du vieux Sénateur Bowen Frey, qui entamait alors son dernier mandat en temps que Sénateur d'Anaxes et du Secteur Azure au Sénat Galactique. Usant du prestige de son ascendance (c'était une Corde après tout), de l'influence de sa famille (son père commandait la Flotte, sa mère la principale industrie Anaxsi), de ses relations (de part les jeunesses législatives, mais aussi de part son militantisme actif), et surtout, de ses compétences (grâce à sa formation), elle parvînt à se hisser au poste de Directrice de Cabinet de Bowen Frey, et au sortir de ses études, était l'une des étoile montante de la politique Anaxsi.

Simultanément, préparant en cela le terrain pour ses ambitions, elle se construisit ce qu'elle appelait son « Armée ». Ainsi, elle commença par faire adhérer à ses idées des étudiants en journalisme, de futurs membres de l'administration, et des responsables politiques issus de la jeunesse Anaxsi. Elle parvînt ainsi à créer, de toute pièce, une organisation politique qui n’existait pas jusqu'alors : les Jeunesses Socialistes. Ces dernières ne furent pas reconnues par le parti. Mais elles recrutèrent rapidement de nombreux membres et de nombreux adhérents parmi les Lycéens et les étudiants Anaxsi. Pour brouiller les pistes, Ori'n s'assura alors de structurer un courant favorable à ses idées, fit émerger sa sœur, Sue, comme Présidente du mouvement, et lui installa une confortable majorité, avant de laisser également émerger des courants dissidents du sien au sein du mouvement. De la sorte, elle disposait de sa propre force militante, nombreuse et motivée, pour appuyer ses ambitions.

Cependant, cet engagement politique desservit ses études, et elle quitta l'académie en queue de peloton au sein de sa promotion (majeure « Services d’État Major »), avec le grade de Sous-Lieutenant. Là elle commença à chercher un emploi, au sein de l'Armée Anaxsi avec une motivation pour le moins limitée.

L'Affaire Munray
En effet, un événement politique essentiel allait ruiner les projets de carrière militaire que son Père avait conçu pour elle.

Pour bien comprendre cet événement, il faut bien comprendre le mode de représentation galactique du Secteur Azure. Bien que n'ayant qu'un seul siège au Sénat, Anaxes avait décidé de l'organiser en quatre postes Sénatoriaux, pour remplir au mieux les fonctions d'élus pour un secteur aussi peuplé. Ainsi, Anaxes comptait-elle un Sénateur permanent, et trois Sénateurs suppléants, tous élus au suffrage universel, uninominal à deux tours. Leurs missions étaient, bien entendu, de siéger au Sénat, en organisant entre eux leurs séances, mais également de parcourir les nombreux mondes du Secteur Azure afin de recueillir les doléances des peuples qui le composait. En règle générale, les légitimistes, parmi le peuple Anaxsi, permettaient la répartition de ces sièges entre trois sénateurs issus de la Majorité gouvernementale, et un seul issu de l'opposition.

Hors, il advint que le Sénateur suppléant Filmus Munray, issu de l'opposition conservatrice d'Anaxes, tomba sous le coup d'un mandat d'arrêt Coruscanti, pour avoir reçu d'importants pots de vin de la part des industries Ubbrikian et de la Fédération du Commerce, afin de voter en faveur du blocus de Naboo au Sénat, il y avait sept années de cela. Lorsque l'affaire arriva aux oreilles du Parlement Anaxsi, une motion de censure fut immédiatement déposée à son encontre, en dépit de l'enquête, qui n'était guère terminée. La motion n'était cependant soutenue que par une minorité des socialistes Anaxsi, alors majoritaires au parlement. En effet, la majorité du Parti considérait que la Justice Coruscanti ferait son devoir, et que le Parlement n'avait pas à juger un de ses confrères.

Cependant, pour Ori'n, il fallait évincer cet obstacle. Elle développa donc une stratégie politique en trois axes. En premier lieu, elle travailla au sein du Sénat Galactique, grâce à ses amis des jeunesses législatives, pour jeter l'opprobre sur Munray. Ainsi, le Sénateur se concentrerait sur sa défense au Sénat, et non pas sur Anaxes. En outre, il risquait également de se faire renvoyer du Sénat par ses confrères. Munray étant issu de la Faction du Noyau, Ori'n n'eut aucun mal à obtenir le soutien de la Faction de la Bordure, qui commença à lancer des attaques violentes et répétées contre Munray. Simultanément, elle approcha le cercle des « Amidalistes » afin qu'ils dénoncent également l'attitude de Munray. Elle n'obtînt qu'un accord sur le principe de l'illégitimité de Munray, mais cela ne se traduirait pas par un vote contre lui avant d'avoir entendu son plaidoyer. Quand au COMPOR et à la Faction du Noyau, toute deux étaient profondément embarrassées par la situation, et ne pouvaient soutenir officiellement Munray. Le Sénateur était seul. Il avait du travail pour restaurer son influence sur Coruscant.

La diversion était en place, et la menace suffisamment importante pour que Munray soit contraint de déléguer sa défense sur Anaxes. Ori'n pouvait attaquer.

Elle travailla donc en premier lieu à la base du parti, au sein de la population, mobilisant ses Jeunesses Socialistes pour lancer une grande campagne contre la corruption, et une série de grandes manifestations. Sue parvînt ainsi à obtenir le soutien de nombreux syndicats et associations anti-corruption sur Anaxes, et les manifestations s'amplifièrent. Mais ce n'était guère suffisant pour que les choses ne permettent aux parlementaires de changer d'avis sur la Motion de Censure. D'autant que l'opposition conservatrice maintenait la ligne de « laisser la Justice faire son travail ».

Ori'n décida alors de sortir du bois, et commença à exprimer largement son avis sur la question, d'abord en cercles privés, puis dans des lieux de plus en plus ouverts. Elle fit passer deux lignes : d'abord « il était extrêmement dommageable à l'image démocratique d'Anaxes de laisser un Sénateur corrompu siéger en son nom au Sénat ». Et ensuite, « les alliés politiques Naboo d'Anaxes au Sénat, ne manqueraient pas de remarquer le manque de soutien d'Anaxes à leur planète. » Le blocus de Naboo restait en effet chaud dans les mémoires. Elle s'assura alors de recevoir une interview dans la presse, et mobilisa ses amis journalistes pour relayer son point de vue. Bientôt on ne parla plus d'elle que comme la « voix de la contestation », et les avis à son sujet devinrent de plus en plus partagés. Cela lui valut, entre autre, d'être renvoyée de son poste de Directrice de Cabinet : elle était devenue trop encombrante pour Bowen Frey.

Ori'n lança alors une nouvelle carte dans la partie, et commença un intense lobbying, par l'intermédiaire des jeunesses socialistes, et des syndicats loyaux à son propre camps. De plus en plus de parlementaires de la majorité, sentant que les troupes réclamaient une motion de censure, commencèrent alors à changer de camp, et apportèrent leur soutien à la motion. Munray perdait la bataille d'Anaxes. En revanche, sur Coruscant, son action politique et ses plaidoyers (et très certainement quelques pots de vins), étaient en train de lui faire gagner la bataille.

Le sujet grimpa en épingle, et chaque rebondissement de l'affaire faisait désormais la une des journaux Anaxsi. Ori'n jugea alors qu'elle devait tenir une position plus en retrait, et lança sa sœur Sue, comme porte flingue enragée pour mitrailler Munray de positions vindicatives et revendicatrices. Le front s'inversait pour le Sénateur. Et alors qu'Anaxes ne devait, au départ, pas lui poser de problème, il devint sa ligne de front principale, l'obligeant à revenir de Coruscant pour gérer personnellement la crise Anaxsi.

Ori'n lui tendit alors le piège qu'elle préparait depuis longtemps. Elle envoya sa sœur l'accueillir à l'arrivée de son vaisseau avec une centaine de militants. Elle confia également à Sue un certain nombre de faits qu'elle avait obtenu en engageant un détective privé sur Coruscant. Des faits que la presse et la justice ignoraient encore. La présidente des Jeunesses Socialistes invectiva violemment le Sénateur, qui ne put que lui répondre, devant toutes les caméras. Un débat improvisé eut alors lieu, sous les huées des militants. Munray, paniqué, perdit pied, et, ce jour là, il perdit également le parlement Anaxsi. La Motion de censure rassemblait alors 286 sièges sur les 600 du parlement. Plus que quatorze sièges, et Munray perdrait son siège. Le vote était pour dans une semaine.

Ori'n débuta alors une intense campagne de lobbying au parlement, par le biais d'intermédiaires, ne se mouillant jamais elle-même, négociant d'arrache-pied avec les parlementaires pour obtenir leur soutien à la motion de censure. En manipulant certaines informations, et en soutenant certaines ambitions, elle parvint à obtenir les quinze voix qui donnait à la motion une majorité de 50 %, et permettait sa validation.

Le jour du vote, Ori'n révéla alors son véritable plan aux yeux du monde. Elle parvint à obtenir une interview à l’édition de 14h de la chaîne d'information continue, une demi-heure avant le vote de la motion …
- Mesdames et Messieurs, bonjour et bienvenue à l’édition de quatorze heures du Journal holovisé. Les gros titres de ce Zhellday 14 du huitième mois de 973 ARR (Après la Réformation de Rusaan) sont bien sûr le vote de la motion de Censure à l'encontre du Sénateur Munray au Parlement, qui aura lieu dans une demi-heure. Nous accueillerons Ori'n Corde, Porte-parole de la contestation, pour en parler. Politique également, le Sénateur du Sector Chommell, Horace Vancil vient d'annoncer sa démission. L'ex-Reine de Naboo Padmé Amidala est pressentie pour lui succéder. Économie, la crise du Bronzium s'aggrave alors que les cours s'effondrent à la bourse de Corulag. Exploration, le projet colonial d'Aridus au point mort. Mais tout de suite, revenons à la question de l'Affaire Munray. Ori'n Corde vous êtes avec nous pour en parler aujourd'hui.
- Bonjour.
- Le Parlement est réuni aujourd'hui en cession extraordinaire pour décider du vote de la motion de censure à l'encontre de Filmus Munray. C'est l'aboutissement de trois mois de militantisme pour vous.
- Oui et non. Il m'a toujours semblé illégitime qu'un Sénateur sous le coup d'accusation de corruption siège au Sénat Galactique. Dans le contexte particulier que connaît la République actuellement, il me semble indispensable de prendre la mesure de l'impact que peuvent avoir ces accusations sur l'image d'une planète et de son peuple. Aussi devons-nous faire en sorte d'être totalement irréprochable sur cette question. Pour autant, il me semble que la motion de censure qui s'apprête à être votée est un peu excessive, et risque d'être interprété comme une forme de règlement de comptes politiques au sein même de notre planète. Ce qui n'est pas plus démocratique. Il me semble donc que c'est la justice Anaxsi qui devrait prendre la décision de suspendre Filmus Munray de ses fonctions à titre transitoire, au moins le temps que la Justice Coruscanti n'ai achevé son enquête ainsi que son procès, s'il doit avoir lieu.
- Vous ne soutenez donc pas la motion de censure ?
- Je soutien le principe d'une suspension de charge. Mais je pense qu'il aurait dû être énoncé par la Justice Anaxsi, et non par le parlement.
- Je vois. Que répondez-vous aux parlementaires de l'opposition qui vous accusent d'avoir manigancé cela depuis le début ?
- C'est à dire ? Entendent-ils par là que c'est moi qui ai conduit la main de Filmus Munray lorsqu'il a reçu un généreux pourboire de 800 000 crédits ? Ou peut-être suis-je celle que le lui aurait donné ?
- Hum … Non. Je faisais plutôt allusion aux liens qui vous unissent au mouvement de contestation.
- C'est en effet le mouvement que j'ai crée qui a lancé les manifestations pour réclamer la démission du Sénateur Munray. C'est également ma sœur qui a été la plus vindicative à l'encontre de ce dernier, et ce sont mes amis au Sénat qui ont porté les attaques les plus vigoureuses à l'encontre du Sénateur. C'est une fierté et je ne le cache pas. Mais je lutte depuis un certain temps maintenant contre la corruption qui gangrène la République. Il n'est donc pas étonnant que mes réseaux soient particulièrement remontés contre le Sénateur.
- N'est-ce pas une forme de lynchage publique ?
- Seriez-vous en train de transformer Filmus Munray en victime ?
- Non … Mais la présomption d'innocence ...
- Nous n'avons jamais entendu faire mettre aux arrêts le Sénateur. La Justice doit suivre son cours, et nous avons toujours maintenu cette ligne directrice. Nous lui avons simplement demandé de démissionner par déontologie. Je répète qu'au vu de la situation actuelle de la République, défendre la Justice et la Démocratie, c'est d'abord montrer pâte blanche. En démissionnant, il me semble que Filmus Munray aurait démontré de son attachement aux institutions démocratiques de la République. Puisqu'il ne l'a pas fait, j'en déduit qu'il doit considérer ses privilèges et pouvoirs personnels plus importants que la souveraineté du peuple.
- Et que répondez-vous à ceux qui vous considèrent comme opportuniste ?
- C'est à dire ?
- Eh bien, que vous auriez monter tout cela afin de briguer la place de monsieur Munray …
- J'ai perdu mon travail pour mes principes. Vous vous rappelez ?
- Oui, mais ne briguez-vous pas le mandat de Sénatrice Suppléante du Secteur Azure ?
- Je ne répondrai pas à cette question. Monsieur Munray est en poste au moins jusqu'au vote de cette motion de censure.
- Et si elle passe ?
- Alors il est certain que le mouvement de contestation présentera un candidat aux primaires du Parti. Mais ce candidat sera désigné par les instances du mouvement, puis élu par les militants du Parti. Il ne m'appartient pas de me déclarer candidate, et certainement pas alors que Monsieur Munray est toujours, officiellement dans l'exercice de ses fonctions.
- Bien. Merci pour ces éclaircissements. Pourriez-vous nous donner un éventuel premier décompte des voix avant de nous quitter ?
- Même si je l'avais, je ne le donnerai pas. Ce vote se fait à huis clos.
Par cette interview, Ori'n venait de couper l'herbe sous le pied du Sénateur Frey : elle n'avait plus besoin de son soutien pour se présenter aux élections sénatoriales. A demi-mot, elle venait d'annoncer qu'elle était candidate … Et elle avait maintenant une véritable armée de votants pour soutenir sa candidature … Or, le soir même, la presse annonçait que le Parlement venait de démettre Filmus Munray de ses fonctions ...

Premières Élections
La semaine suivante fut riche en rebondissement. Après s'être assurée d'avoir le complet soutien de ses alliés, Ori'n se déclara en effet candidate à la succession de Filmus Munray, avec un programme entièrement concentré sur la lutte contre la corruption, qu'elle érigeai en priorité numéro 1 de son mandat. Mais cette candidature bouleversa totalement les cartes.

En effet, si le Parti Socialiste ne présentait qu'un seul candidat, alors il occuperait le devant de la scène, et remporterait sans trop de difficulté le premier tour, arrivant en tête du scrutin contre le candidat de l'opposition. Cependant, si deux candidats Socialistes se présentaient, comme c'était le cas, alors un seul des deux candidats (l'adversaire d'Ori'n dans le cas présent) arriverait au second tour. Et l'opposition serait en tête au premier jour, grâce aux soutiens des Anaxsi légitimistes, qui s'arrangerait pour qu'un candidat de l'opposition siège parmi les quatre Sénateurs.

Les Socialistes décidèrent donc d'organiser une primaire interne qui permettrait de nommer leur candidat. Sauf que les manœuvres politiques, et le discours quelque peu déloyal envers son parti d'Ori'n lui avait attiré l'inimité d'un certain nombre de militants. D'autant qu'un certain nombre d'hommes politiques issus de la vieille considéraient qu'Ori'n était un danger pour leur place, et souhaitait éliminer dans l’œuf cette prétentieuse aux dents longues. Ori'n n'avait donc aucune chance de remporter une primaire fermée. Elle devrait alors faire campagne sans la machine du parti, ce qui lui demanderait de puiser dans la caisse familiale, et ce qui était difficilement acceptable pour ses parents.

En revanche, les choses changeait si la primaire était ouverte à tout les citoyens, car les partisans d'Ori'n se trouvaient majoritairement à l'extérieur du Parti. Pour remporter l’élection, Ori'n se devait donc, en premier lieu, d'amener le Parti à accepter d'organiser une primaire ouverte, puis d'endosser la candidature du Parti. Pour ce faire, elle devait donc se faire passer comme faible et maladroite, mais suffisamment menaçante pour que le Parti ne la considère pas non plus comme une incapable, et estime qu'elle était belle et bien dangereuse. Certes, l'élimination de Filmus Munray avait joué en sa faveur, construisant une légende autour d'elle. Mais elle s'était faite dans une politique de couloir, et par de judicieux jeux d'alliance. Hors, ici, c'était une guerre ouverte. Une bataille de tranchée pour endosser la candidature du Parti. Une épreuve d'une toute autre nature.

Ori'n joua donc la carte de sa candeur. Elle donna trois interviews dans la semaine qui suivit, y martela sa volonté de voir organiser des primaires ouvertes, et aborda des thèmes hautement idéaliste qui la firent passer pour une petite jeunette sans expérience. Si les idées qu'elle donnait était belles, Ori'n appuyait volontairement leur idéalisme, en faisant des proposition trop extrémiste pour l'opinion, qui lui firent sensiblement perdre du terrain dans les sondages.

Puis, elle provoqua son adversaire socialiste, Trevor Fairlan, la semaine suivante, pendant une émission populaire passant avant le prime time. Le bousculant et attaquant son égo, elle l'emmena sur le terrain qu'elle voulait et lui annonça que, de toute manière, il n'oserait pas l'affronter dans une primaire ouverte, et que ce débat ne servait à rien. Tolérant mal les insultes, la bousculade et les provocations d'Ori'n, Fairlan accepta publiquement le principe d'une primaire ouverte. Dès lors, il ne lui était plus possible de reculer.

Alors que tout les autres candidats se lançaient dans une campagne électorale classique, en se moquant pas mal de la primaire des socialistes, les deux candidats s'écharperaient donc entre eux pour décider de celui qui endosserait le soutien du Parti. Et là, Ori'n cessa de jouer les candides.

Elle débuta immédiatement une campagne de primaire en même temps que sa campagne pour le poste en lui-même, se montra soudainement beaucoup plus mesurée, pragmatique et capable. Sur tout les fronts, dans tout le secteur, elle fit mouvoir les pièces qu'elle avait patiemment accumulé pendant les quatre dernières années. Journalistes, ONG, syndicats, jeunesse, tous se firent les chantres de sa campagne et de ses idées. Rapidement, elle parvint à récupérer la posture de candidate des ouvriers et des jeunes, celle du petit peuple qui demande des comptes à ses dirigeants. On la taxa de démagogie, de populisme, elle répondit avec des engagements clairs et précis, un ton combatif, et une détermination contre ses adversaires qui, avant même le résultat de la primaire, lui faisait déjà endosser la tenue de sénatrice. Le coup de grâce fut donnée à ses adversaires lorsqu'elle parvint, pendant un voyage sur Coruscant, à figurer sur un film ou elle serait la main et discutait avec la Sénatrice nouvellement nommée Amidala (étoile montante du Sénat), entourée de Bail Organa et Mon Mothma, alors qu'ils se rendaient auprès du Chancelier Suprême. Même Bowen Frey, le sénateur en poste pour le Secteur Azure dut reconnaître « que cette gamine avait du cran ». En fait, Ori'n avait cotoyé Amidala aux jeunesses législatives. Et si elles ne partageaient pas les mêmes idées, elles restaient du même bord. Amidala avait accepté, sans aucune hésitation, ce coup de pouce à sa campagne.

Au final, les primaires n'eurent même pas lieu : Fairlan abandonna la course en admettant qu'il s'était « bien fait avoir » et Ori'n brigua seule la candidature Socialiste. Trois mois plus tard, elle remporta l’élection au second tour avec 6 % d'avance sur son adversaire.

Sénatrice Suppléante d'Azure
L'année qui suivit fut celle d'un mandat de « transition ». Les élections sénatoriales de renouvellement ne devait en effet avoir lieu qu'un an plus tard, et Ori'n le savait parfaitement. Aussi, elle utilisa essentiellement ce mandat pour se familiariser avec les affaires politiques du Sénat, prendre connaissance des dossiers les plus importants, et se rapprocher des sphères du pouvoir au sein de l'opposition, dont elle faisait partie. Sous l'égide de Bowen Frey, elle assista donc à un certain nombre de réunions de décision des groupes parlementaires d'opposition. Mais Frey n'était, de loin pas, son ami. Il passait son temps à l'éloigner, et réduisit au minimum le nombre de séances auquel Ori'n avait le droit d'assister. Aussi, la jeune sénatrice commença-t-elle à court-circuiter son homologue. Elle se mit directement en relation avec le cercle intérieur de l’État Major de l'opposition, c'est à dire Amidala, Mothma et Organa, et s'arrangea pour pénétrer les cercles extérieurs du réseau d'Amidala.

Hélas, sur Anaxes, une nouvelle campagne commençait, trois mois à peine après son accession au poste de Sénatrice suppléante. En effet, c'est toute l'équipe Sénatoriale qui allait être renouvelée. Et cette fois, Ori'n comptait s'emparer du siège de Sénatrice permanente. Bowen Frey, pour sa part, avançait son propre poulain pour lui succéder : Julius March. Face à eux, l'opposition installa Drenel Kant, un général à la retraite.

Ori'n n'avait cependant plus les mêmes forces entre ses mains. Désormais, ses militants, et son équipe avait débuté un encartement massif au sein du parti socialiste, et elle jouissait ainsi d'une Force de votant conséquente pour des primaires internes, mais également de cadres très compétents et bien formés, expérimentés par deux âpres campagnes : l'une de lobbying, l'autre d’élection. De plus, pour cette élection, Ori'n pouvait également compter sur deux autres grandes forces : son père, commandant la flotte, et sa mère, à la tête de la plus puissante industrie du pays. Mis en confiance par sa victoire aux précédentes élections, ils lui fournirent leur complet soutien. Cette fois, elle n'était plus une candidate isolée qui devait faire ses preuve, mais une candidate rodée, à la tête d'une machine de guerre ; un rouleau compresseur qui aplatirait littéralement ses opposants.

Face aux pressions de Naraan au sein du parti socialiste, puis à l'offre de don de Juliann, le parti força Frey a retiré la candidature de son poulain, et à se rétracter. Ori'n avait les mains libres. Elle n'eut aucun mal à imposer les trois autres noms des Sénateurs suppléants socialistes. Mais elle devait faire un choix judicieux, car l'opposition risquait de chercher à reconquérir son siège. Hors, Ori'n souhaitait conserver le contrôle des quatre sièges sénatoriaux. C'était indispensable à ses ambitions.

Les Candidatures devait se faire sièges par sièges. Ori'n candidata donc au siège de Sénateur Titulaire. L'opposition installa face à elle un adversaire de faible valeur. Ils ne souhaitaient pas livrer cette bataille. Ainsi, les conservateurs concentrèrent tout leurs efforts sur le siège de suppléant numéro 3, ou ils mirent le chef de file de leur parti. Ori'n lui opposa sa sœur, Sue. Sur le siège numéro 2, ou l'opposition ne semblait pas vouloir combattre, Ori'n plaça son ancien adversaire : Trevor Fairlan. Ainsi, elle obtînt la confiance du Parti. Enfin, sur le siège numéro 1, l'opposition plaça un de ses meilleurs éléments. Ori'n lui opposa un syndicaliste qui avait livré une multitude de luttes : Edwynn Sorch.

Si Fairlan et Ori'n étaient sûrs de leurs élections, ils ne manquèrent néanmoins pas de faire campagne comme il le fallait, et apportèrent un soutien permanent à Sue Corde, qui elle, était en mauvaise posture. Il faut néanmoins comprendre, ici, que ce choix, Ori'n l'avait fait par pure logique : il lui fallait opposer son meilleur pion au meilleur pion de l'ennemi pour remporter sur tout les fronts. Et sa sœur était de loin celle en qui elle avait le plus confiance.

Aussi, c'est après une longue lutte et une âpre campagne qu'Ori'n parvînt néanmoins à remporter les élections. Et, surprise, elle remporta même les quatre siège sénatoriaux. Ainsi, six mois plus tard, la navette de la nouvelle délégation Sénatoriale d'Anaxes s'apprête à rejoindre « Axum Star Penthouse », l'immeuble gigantesque ou la délégation a son siège.
avatar
Ori'n Corde

Messages : 32
Date d'inscription : 22/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum